Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Décideur Public - Univers Numérique

Décideur Public - Univers Numérique

Site d’informations gratuit et indépendant dédié à l'univers numérique et au secteur public. rita.audi@decideur-public.info


Dans les petites villes, près des trois quarts des Maires se représenteront en 2020

Publié par Décideur Public - Systèmes d'Information sur 22 Novembre 2019, 11:20am

Catégories : #Etudes & enquêtes

Dans les petites villes, près des trois quarts des Maires se représenteront en 2020

L’Association des Petites Villes de France (APVF) a réalisé une enquête auprès des Maires des petites villes au sujet des élections municipales en mars 2020. La France compte environ 4 000 petites villes (entre 2 500 et 25 000 habitants). Près de 400 maires de petites villes (soit environ 10%) ont répondu à l’enquête lancée par l’Association des Petites Villes de France à la fin du mois d’octobre.  

74% des maires interrogés envisagent de se représenter en 2020. 23% indiquent, au contraire, qu’ils ne seront pas candidats à un nouveau mandat en mars prochain. La part importante de maires souhaitant se représenter s’explique en partie par l’important “turn-over” de 2014 dans les petites villes. La plupart des nouveaux élus en 2014 souhaitent effectuer un nouveau mandat. 3% des maires indiquent ne pas avoir encore pris leur décision, détaille un communiqué de l’APVF.

Ces chiffres sont relativement différents par rapport à d’autres enquêtes menées qui concernaient l’ensemble des maires. Il est probable que la part de maire ne souhaitant pas se représenter soit plus importante dans les villages et les communes rurales de moins de 2 500 habitants, estime l'APVF.

Parmi les maires de petites villes qui ne souhaitent pas se représenter, 58% mettent en avant la volonté de ne pas faire trop de mandats, 50% renoncent en raison de leur âge. Ils sont 26,5% à mettre en avant la perte de marge de manœuvre financière au niveau communal pour expliquer leur choix, 20% soulignent le manque de considération de l’Etat et 18,3% évoquent l’absence d’un véritable statut de l’élu. Les élus évoquent également, dans une moindre mesure, la lassitude (16,7%), les transferts de pouvoir à l’intercommunalité (16,5%) ou encore la charge de travail (15%).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents