Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Décideur Public - Univers Numérique

Décideur Public - Univers Numérique

Site d’informations gratuit et indépendant dédié à l'univers numérique et au secteur public. rita.audi@decideur-public.info


Tribune libre : Education et numérique : Optimiser les investissements pour favoriser l’adoption par Loris Viarouge, Dell

Publié par Décideur Public - Systèmes d'Information sur 4 Mai 2011, 11:15am

Catégories : #Tribune libre

Loris Viarouge DellLutter contre la fracture numérique est un enjeu de taille. Alors que les termes « Natifs numériques » ou « génération Y » émergent de plus en plus et illustre la relation étroite qu’entretiennent les jeunes générations avec le numérique, il faut permettre à tous les enfants d’avoir accès aux nouvelles technologies pour ne pas créer un fossé entre eux, dès leur plus jeune âge. Les pouvoirs publics ont évidemment un grand rôle à jouer aussi bien en dehors, qu’à l’intérieur des établissements scolaires.

 

Par ailleurs, il est essentiel que cette « génération connectée » n’ait pas à se déconnecter à la porte de la salle de classe sous peine de désintérêt des élèves. Aujourd’hui, l’intégration du numérique et de l’informatique dans les écoles s’est généralisée et est une des priorités en matière d’éducation. Pour développer l’usage des technologies de l’information et de la communication (TIC) dans le milieu scolaire mais aussi mesurer leur impact, des expérimentations sont menées dans différents établissements et de nombreux programmes sont mis en place. Les conseils régionaux et généraux, les mairies et le Ministère de l’Education Nationale, se mobilisent fortement et investissent massivement, à l’image du programme national « Ecoles Numériques Rurales » (ENR).

 

Initié en 2009 puis prolongé, le projet ENR a déjà aidé plus de 6 000 écoles situées en zone rurale à accéder à des ressources informatiques, tableaux blancs interactifs et ordinateurs. Cela illustre parfaitement le vaste chantier entrepris et les progrès déjà réalisés en France. Et notre présence auprès des acteurs du secteur éducatif depuis près de 10 ans nous a permit de constater une véritable amélioration et une utilisation croissante des TICE.

 

Cependant, nous sommes aujourd’hui à la croisée des chemins entre l’acquisition du matériel et son utilisation en classe. Malgré les nombreux bénéfices constatés dans certains établissements en termes d’interactivité, d’intérêt pédagogique et même d’amélioration des résultats scolaires, il est important de veiller à éliminer les barrières majeures freinant encore le déploiement des TICE au sein de nos écoles. Les outils nécessaires sont là : ordinateurs, tableaux interactifs, chariots mobiles, serveurs, solutions de stockage mais aussi logiciels applicatifs ou contenu numérique. Néanmoins, il est indispensable d’adapter l’équipement en fonction des besoins et notamment de la matière, du niveau scolaire et des impératifs propres à chaque établissement. Par exemple, le besoin ludoéducatif des écoles primaires est très éloigné des besoins des lycées qui impliquent davantage de performance pour utiliser des logiciels et des applications plus complexes.

 

Notre expérience sur plusieurs projets nous a permis d’identifier trois freins importants empêchant la généralisation des TICE mais surtout leur utilisation en classe. Les maitres mots des projets TICE doivent désormais être concertation, formation et support. Ces trois mots illustrent parfaitement les enjeux que nous devons relever si nous souhaitons que les investissements publics dédiés aux TICE soient dépensés efficacement.

 

En effet, pour ne pas que ces outils restent inutilisés, il est impératif que les projets TICE soient véritablement adaptés et développés en fonction des projets pédagogiques des établissements et des professeurs, et non le contraire. Il faut que l’ensemble des acteurs, institutionnels, personnels administratifs et enseignants, puissent travailler de concert afin de définir ensemble les besoins réels de l’établissement mais aussi garantir l’adhésion des professeurs aux outils qu’ils auront à leur disposition. Au cours de ces dernières années, nous avons accompagné de nombreux projets TICE et une chose est certaine, les plus réussis et notamment en matière pédagogique sont ceux où tous les personnels concernés ont pu s’exprimer et échanger sur leurs vrais besoins.

 

Ceci est une étape indispensable au même titre que la formation. Il est essentiel que les futurs enseignants et les professeurs en poste soient formés aux outils mis en place dans les écoles. Ceux-ci doivent comprendre les différentes fonctionnalités des outils numériques et les nombreuses possibilités qui s’offrent à eux pour enrichir leurs cours et ainsi améliorer l’interactivité et l’intérêt des élèves. S’il est utilisé à la manière d’un tableau classique, un tableau numérique interactif n’apporte aucune valeur ajoutée aux professeurs et aux élèves. Ainsi, en matière de TICE, optimiser l’investissement public signifie également favoriser l’adoption et une utilisation pertinente des outils.

 

Ce point nous conduit d’ailleurs à évoquer le dernier frein : la maintenance des équipements. Qu’ils s’agissent d’ordinateurs, de vidéoprojecteurs, de TNI ou de tout autre équipement numérique, l’évolution rapide des technologies et leur présence croissante dans les établissements scolaires impliquent la nécessité de recourir à un service de maintenance professionnel garantissant une intervention ou un remplacement rapide du matériel. En effet, chaque panne entraine une immobilisation plus ou moins longue du matériel et représente une contrainte pour les professeurs que ce soit en termes de gestion du temps de classe mais aussi de préparation des cours. Dans ce contexte, nombre de professeurs hésitent à utiliser un matériel qui pourrait ne plus fonctionner lors des cours suivants, expliquant ainsi la lente adoption des équipements informatiques et numériques au sein des établissements.

 

A l’évidence, les budgets représentent une contrainte pour les collectivités et les établissements. Néanmoins, ils ne doivent pas être un frein à une intégration parfaite des TICE. Les outils numériques qui ne sont pas utilisés représentent une dépense inutile et perdue. Ainsi, toutes les actions visant à éliminer les barrières au déploiement et à l’utilisation des outils numériques en classe doivent être perçues non comme des coûts supplémentaires mais comme un véritable investissement sur le long terme. C’est à cette unique condition que nous offrirons aux nouvelles générations une formation les préparant vraiment pour leur vie future.

 

Loris Viarouge, Directeur commercial Collectivités territoriales & Education, Dell

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents