Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Décideur Public - Univers Numérique

Décideur Public - Univers Numérique

Site d’informations gratuit et indépendant dédié à l'univers numérique et au secteur public. rita.audi@decideur-public.info


Confinement : enquête sur les conditions de vie et d’études à Rennes 2

Publié par Décideur Public - Systèmes d'Information sur 9 Avril 2020, 18:34pm

Catégories : #Etudes & enquêtes

Confinement : enquête sur les conditions de vie et d’études à Rennes 2

Tandis que l’évolution de l’épidémie engendre une incertitude de plus en grande sur le retour en classe et les examens de fin d’études, pour des universités telles que Nantes c’est tranché : les partiels se feront à distance et l’établissement restera fermé jusqu’en septembre. Incertitude et confinement ont bien évidemment des effets sur la vie et les comportements des étudiants. C’est ainsi que l’université de Rennes 2 a voulu identifier au mieux les difficultés rencontrées (financières, pédagogiques, pratiques, psychologiques…).  Dès le 26 mars, une enquête anonyme en ligne a donc été lancée sur les conditions de vie et d'étude* de ses étudiant·e·s.

Sur un plan général une majorité d’ étudiant·e·s déclarent ne pas être isolé·e·s, se sentir plutôt bien, mais une part importante déclare également rencontrer des difficultés. Toutefois une proportion non négligeable d’étudiant.e.s se trouve dans des situations problématiques, voire préoccupantes (entre 10 et 20% des étudiant·e·s selon les indicateurs retenus), observe les enquêteurs. Un peu plus de 10% des étudiant·e·s ont déclaré être seul·e.s pendant cette période de confinement. Les ⅔ sont avec leur famille et un peu moins d’⅕ est confiné·e avec d’autres personnes.

Puisque les établissements ont organisé la continuité pédagogique via les outils numériques , il était d’autant plus intéressant de connaître la situation personnelle des étudiants par rapport à l’environnement numérique (ordinateurs, connexion internet). Or il ressort de l’enquête qu’un quart des répondants se déclarent en difficulté. Certes 80% des étudiant·e·s disposent d’un ordinateur à usage personnel mais 7% doivent le partager et 1,4% n’en disposent pas du tout. Quant à l’accès au réseau Internet c’est un problème pour 15% d'étudiant·e·s, qui déclarent un accès limité, souvent compris dans les forfaits téléphoniques.

Les difficultés rencontrées par les étudiants en période de confinement dans un contexte de continuité pédagogique sont de plusieurs ordres, les difficultés « scolaires » étant les plus citées. Les difficultés scolaires, pratiques, financières signalées sont probablement à mettre en lien avec la proportion importante d’étudiant·e·s (plus d’¼) mentionnant des difficultés psychologiques, analysent les responsables de l’enquête. Concrètement, les réponses font état de stress, voire de situations d’épuisement (en particulier pour les étudiant·e·s travailleu.r.se.s et parents). Au-delà de l’anxiété liée à l’épidémie (peur pour soi et pour ses proches), la vie se trouve bouleversée et certain·e·s étudiant·e·s se disent débordé·e·s, perdu·e·s et inquiet·e·s. Et l’absence de visibilité sur les conditions de déroulement des examens a un effet amplificateur.

L’opinion des sondés sur la continuité pédagogique est plutôt satisfaisante pour ⅔ des répondants (voir schéma ci-dessus) mais des aménagements sont à effectuer. Les étudiant·e·s sont nombreux à signaler des difficultés liées à l’enseignement à distance : augmentation de la charge de travail, difficultés à s’organiser, interactions avec les autres étudiant·e·s difficiles… 

En outre ce que le confinement fait ressortir en général pour la population à savoir l’inégal aménagement des conditions de vie est bien sûr valable pour les conditions d’étude et de travail des étudiants.

Pour certain·e·s, les difficultés pratiques semblent lourdes et pèsent sur les conditions d’étude à distance, rapporte l’enquête : accès aux outils numériques (absence ou nécessité de partage), au réseau Internet, présence d’enfants ou de frères et sœurs dont il faut s’occuper, conciliation avec un emploi voire avec une réquisition (hôpitaux, commerces d’alimentation). Enfin les difficultés financières sont souvent décrites, principalement en lien avec une perte d’emploi (projet de vacations, d’intérim, pas de relais par pôle emploi, etc.). Les inquiétudes relatives au paiement du loyer et des factures sont fréquentes.

Reste à savoir si les examinateurs tiendront compte de ce contexte si particulier -et des difficultés évoquées qui peuvent engendrer nombre de situations délicates pour certains étudiants- au moment de noter les copies et si oui, comment ?


 

* “Confinement : enquête sur les conditions de vie et d’études” https://www.univ-rennes2.fr/

L’analyse porte sur 3468 répondant·e·s. ayant répondu entre le 26 et le 27 mars 2020.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents